Mariage & Divorce

Tout ce que vous devez savoir sur les mariages musulmans

Bien que les Arabes du Golfe soient en droit de se marier dès qu'ils atteignent la puberté, l'âge moyen auquel les gens se marient a considérablement augmenté ces dernières années, pour arriver à environ 20 ans.

Mariage & Divorce

Traditionnellement, l'idéal du mariage était tribal, les familles ayant des liens encourageant leurs enfants à se marier entre cousins ou autres parents afin d'accroître et de renforcer la tribu, ou, à l'occasion, de se marier avec quelqu'un d'une autre tribu afin de réduire les clivages entre les familles. Une autre raison pour ce type de mariages était que les familles connaissaient les antécédents du partenaire.

Comme c'est le cas dans certains pays latins, les jeunes couples dans la région sont autorisés à se réunir sous l'œil vigilant d'un chaperon. Cependant, dans quelques-unes des sociétés les plus strictes du Golfe, le mariage est arrangé sans qu'aucune partie du corps de la partenaire de sexe féminin (y compris le visage) ne soit vue par le futur marié, qui doit s'appuyer sur les rapports que lui font ses proches de sexe féminin quant à l'apparence de sa femme.

Il y a trois éléments principaux dans un mariage arabe. Tout d'abord, le marié doit discuter et convenir de la dot avec le père de la mariée. Il peut s'agir d'or, de bijoux et de vêtements et c'est généralement d'une valeur considérable. Après le règlement de la dot vient le contrat de mariage proprement dit, qui est menée par un représentant légal ou religieux. On demande à la mariée en l'absence de son futur époux si elle accepte le mariage puis cette question est soumise à l'époux. Après accord, le marié donne la main à son futur beau-père et, avec deux témoins présents, le mariage devient officiel. Cependant, il y a une autre étape avant que le couple ne puisse se rencontrer en tant que mari et femme: la noce. Les fêtes sont séparées, avec les femmes dans une section de la maison et les hommes dans une autre. La dernière nuit de festivités, le couple se rencontre, accompagné de tous leurs amis, et finissent par partir en lune de miel. A leur retour, ils s'installent soit dans la maison des parents du marié et deviennent membres de la famille élargie ou - comme c'est de plus en plus le cas – soit dans leur propre maison.

Selon la charia, un homme musulman peut avoir jusqu’à quatre épouses, à condition qu'il puisse s'occuper d'elles matériellement et qu'il les traite de manière égale. Cette pratique est en train de mourir, cependant, non seulement parce que seuls quelques-uns peuvent se le permettre, mais aussi parce que les femmes sont de plus en plus indépendante et qu'elles s'affirment plus, beaucoup refusant donc d'accepter un mariage polygame. En fait, une femme musulmane peut insérer une clause dans le contrat de mariage qui empêche son mari d'épouser une autre femme, aussi longtemps que le contrat est valide. La femme conserve également son propre nom après le mariage. Bien que les rôles entre les sexes aient toujours été clairement définis dans le monde islamique, avec l'homme comme «fournisseur» et la femme comme «nourricière», il est de plus en plus fréquent que la femme aille travailler aussi, même si cela est beaucoup moins courant en Arabie Saoudite, où il y a des restrictions sur les femmes au travail, à part pour les métiers dans des domaines «acceptable» comme la médecine et l'enseignement. Toutefois, de nombreux hommes saoudiens sont réticents à se marier avec des femmes médecins et infirmières, qui ont été exposées à des corps masculins.

Un homme peut divorcer de sa femme en disant simplement: «Je te répudie» trois fois. Il peut annuler le divorce si cela a été fait dans un moment d'énervement, mais seulement si la femme est d'accord (et seulement à trois reprises!). D'autre part, même si une femme a de bonnes raisons de demander le divorce (par exemple si son mari a été infidèle, l'a maltraitée ou l'abandonnée ou qu'il s'est engagé dans des activités criminelles), elle doit s'adresser à un tribunal pour que l'affaire soit entendue. Le mari doit subvenir aux besoins de la femme divorcée et des enfants du mariage si la femme est incapable de subvenir à ses besoins seule. Il peut demander la garde de tous ses fils quand ils atteignent l'âge de dix ans. Les femmes divorcées reviennent habituellement à leur famille, et peu se remarient.

Même si une femme musulmane ne peut pas épouser un non musulman à moins qu'il se soit convertit à l'islam, l'inverse n'est pas le cas. Cependant, les femmes non musulmanes sont souvent sous pression pour se convertir et il y a eu de nombreux cas de femmes étrangères épousant des Arabes puis découvrant que la culture locale et le style de vie sont beaucoup trop restrictifs. Il convient également de noter que, dans le cas de la rupture d'une telle union, les enfants sont habituellement conservés par le mari dans son pays d'origine.

Les travailleurs expatriés peuvent généralement être mariés dans le Golfe, à condition qu'ils répondent aux exigences civiles et religieuses de leur pays d'origine. Le personnel des ambassades et des consulats réalisent parfois des cérémonies de mariage civil, encore une fois à condition que certaines conditions soient remplies. Les cérémonies religieuses peuvent être organisées, mais seulement dans les pays dans lesquels il y a des églises ou d'autres lieux de culte non-musulman. Ce n'est pas le cas en Arabie saoudite. Si des personnes de nationalités différentes se marient, les autorités font parfois examiner les circonstances pour s'assurer que ce n'est pas un mariage blanc pour contourner les exigences de l'immigration.

Traditionnellement, l'idéal du mariage était tribal, les familles ayant des liens encourageant leurs enfants à se marier entre cousins ou autres parents afin d'accroître et de renforcer la tribu, ou, à l'occasion, de se marier avec quelqu'un d'une autre tribu afin de réduire les clivages entre les familles. Une autre raison pour ce type de mariages était que les familles connaissaient les antécédents du partenaire.

Comme c'est le cas dans certains pays latins, les jeunes couples dans la région sont autorisés à se réunir sous l'œil vigilant d'un chaperon. Cependant, dans quelques-unes des sociétés les plus strictes du Golfe, le mariage est arrangé sans qu'aucune partie du corps de la partenaire de sexe féminin (y compris le visage) ne soit vue par le futur marié, qui doit s'appuyer sur les rapports que lui font ses proches de sexe féminin quant à l'apparence de sa femme.

Il y a trois éléments principaux dans un mariage arabe. Tout d'abord, le marié doit discuter et convenir de la dot avec le père de la mariée. Il peut s'agir d'or, de bijoux et de vêtements et c'est généralement d'une valeur considérable. Après le règlement de la dot vient le contrat de mariage proprement dit, qui est menée par un représentant légal ou religieux. On demande à la mariée en l'absence de son futur époux si elle accepte le mariage puis cette question est soumise à l'époux. Après accord, le marié donne la main à son futur beau-père et, avec deux témoins présents, le mariage devient officiel. Cependant, il y a une autre étape avant que le couple ne puisse se rencontrer en tant que mari et femme: la noce. Les fêtes sont séparées, avec les femmes dans une section de la maison et les hommes dans une autre. La dernière nuit de festivités, le couple se rencontre, accompagné de tous leurs amis, et finissent par partir en lune de miel. A leur retour, ils s'installent soit dans la maison des parents du marié et deviennent membres de la famille élargie ou - comme c'est de plus en plus le cas – soit dans leur propre maison.

Selon la charia, un homme musulman peut avoir jusqu’à quatre épouses, à condition qu'il puisse s'occuper d'elles matériellement et qu'il les traite de manière égale. Cette pratique est en train de mourir, cependant, non seulement parce que seuls quelques-uns peuvent se le permettre, mais aussi parce que les femmes sont de plus en plus indépendante et qu'elles s'affirment plus, beaucoup refusant donc d'accepter un mariage polygame. En fait, une femme musulmane peut insérer une clause dans le contrat de mariage qui empêche son mari d'épouser une autre femme, aussi longtemps que le contrat est valide. La femme conserve également son propre nom après le mariage. Bien que les rôles entre les sexes aient toujours été clairement définis dans le monde islamique, avec l'homme comme «fournisseur» et la femme comme «nourricière», il est de plus en plus fréquent que la femme aille travailler aussi, même si cela est beaucoup moins courant en Arabie Saoudite, où il y a des restrictions sur les femmes au travail, à part pour les métiers dans des domaines «acceptable» comme la médecine et l'enseignement. Toutefois, de nombreux hommes saoudiens sont réticents à se marier avec des femmes médecins et infirmières, qui ont été exposées à des corps masculins.

Un homme peut divorcer de sa femme en disant simplement: «Je te répudie» trois fois. Il peut annuler le divorce si cela a été fait dans un moment d'énervement, mais seulement si la femme est d'accord (et seulement à trois reprises!). D'autre part, même si une femme a de bonnes raisons de demander le divorce (par exemple si son mari a été infidèle, l'a maltraitée ou l'abandonnée ou qu'il s'est engagé dans des activités criminelles), elle doit s'adresser à un tribunal pour que l'affaire soit entendue. Le mari doit subvenir aux besoins de la femme divorcée et des enfants du mariage si la femme est incapable de subvenir à ses besoins seule. Il peut demander la garde de tous ses fils quand ils atteignent l'âge de dix ans. Les femmes divorcées reviennent habituellement à leur famille, et peu se remarient.

Même si une femme musulmane ne peut pas épouser un non musulman à moins qu'il se soit convertit à l'islam, l'inverse n'est pas le cas. Cependant, les femmes non musulmanes sont souvent sous pression pour se convertir et il y a eu de nombreux cas de femmes étrangères épousant des Arabes puis découvrant que la culture locale et le style de vie sont beaucoup trop restrictifs. Il convient également de noter que, dans le cas de la rupture d'une telle union, les enfants sont habituellement conservés par le mari dans son pays d'origine.

Les travailleurs expatriés peuvent généralement être mariés dans le Golfe, à condition qu'ils répondent aux exigences civiles et religieuses de leur pays d'origine. Le personnel des ambassades et des consulats réalisent parfois des cérémonies de mariage civil, encore une fois à condition que certaines conditions soient remplies. Les cérémonies religieuses peuvent être organisées, mais seulement dans les pays dans lesquels il y a des églises ou d'autres lieux de culte non-musulman. Ce n'est pas le cas en Arabie saoudite. Si des personnes de nationalités différentes se marient, les autorités font parfois examiner les circonstances pour s'assurer que ce n'est pas un mariage blanc pour contourner les exigences de l'immigration.

Est-ce que cet article vous avez aidé?

Avez-vous des commentaires, suggestions ou des questions, sur ce sujet? Demandez-les ici: